Diabète et préjugés

Bonjour à vous tous, et… Bonne année ! (???) (dit-elle avec un mois de retard…)

Oui, je sais. Je ne suis plus trop présente sur mon blog. Je manque cruellement d’inspiration et de temps. Si vous ne le savez pas déjà, je déménage à Bordeaux très prochainement donc mes week-ends étaient consacrés aux recherches d’appartements (ce qui inclut les 10h allés-retours sur deux jours minus), des réflexions, un peu de stress de commencer le stage de fin d’études très prochainement (mais du bon stress qui motive!)… En somme, pas mal de choses. Bref, on en parlera dans un prochain article 😉

img_20160408_122831

C’est donc en ce mardi soir que je décide de venir partager avec vous des trucs qui m’énervent sur ma maladie qui m’énerve déjà bien assez. Alors asseyez-vous (je suppose que vous l’êtes déjà, mh), et parlons-en du fameux diabète. Parlons-en, et surtout, mettons quelques petites choses au clair. Je suis diabétique de type 1 depuis 12 ans (12 février 2005 à jamais dans mon coeur), et même si répondre à des questions innocentes et informer ceux qui le souhaitent sur ladite maladie ne me dérange pas le moins du monde (car non, personne n’a la science infuse), je suis profondément agacée par ceux qui croient savoir des choses, qui me donnent des leçons mais qui en fait… Ne savent rien.

Je tiens à préciser que je ne me moque pas des gens curieux et bienveillants, inquiets qu’ils puissent nous arriver quelque chose. Pas du tout ! Je parle vraiment de ceux qui affirment ces choses-là sans connaître et qui pensent tout savoir.

Le diabète c’est une maladie de vieux

J’ai eu 23 ans en octobre dernier, et à peine 11 ans quand on m’a diagnostiqué mon petit nuage noir. J’étais pas très vieille et je ne le suis toujours pas. Comment ça se fait ? Parce que je suis diabétique de type 1. Le diabète de type 1 c’est une maladie auto-immune qui apparaît entre 0 et 25 ans, et qui est à vie. Ce n’est même pas héréditaire. Jusque là rien de bizarre. Le diabète que l’on peut avoir au cours de sa vie d’adulte, c’est celui de type 2. Et oui, le diabète de type 2 peut être dû à cause d’une alimentation malsaine. Il ne faut pas confondre ces deux maladies, même si je comprends qu’on le fasse. Pourtant, elles n’ont pas la même cause ni le même traitement.

T’as trop mangé de sucre, non ? C’est bizarre, t’es pas grosse.

Non. Pour tout vous dire, je mangeais normalement… Une alimentation… Normale. Le diabète de type 1 n’a rien à voir avec une “overdose” de sucre ou de gras. On ne sait même pas encore ce qui le déclenche. C’est un peu la loterie de la vie.

Il y a plein de personnes sur Terre qui grignotent toute la journée du salé, du sucré, voir même toute leur vie et qui n’auront jamais de diabète. Pourquoi ? Parce que leur pancréas fonctionne, il délivre de l’insuline ce qui permet d’avoir un taux de sucre totalement normal dans le sang. Considérez que je n’ai plus de pancréas, donc pas d’insuline. J’y peux rien. C’est pas moi qui l’ai cassé. C’est une maladie auto-immune. Mes anti-corps n’ont pas été coopératifs.

Donc non… à 11 ans je pesais 28 kilos pour 1m47. Je n’étais pas grosse, non, j’étais squelettique, avec mes petits os saillants. C’est un symptôme du diabète de type 1.

Du coup tu peux pas manger de sucre et avoir une alimentation particulière

Un jour on m’a demandé si ça me faisait de la peine de voir des gens grignoter, si ça me faisait envie. Disons que je ne suis pas entrain de me sevrer. Si j’ai envie de grignoter, je peux, je dois juste me faire de l’insuline avant ou après pour pas que mon taux de sucre dans le sang soit élevé. Je l’ai dit juste précédemment : un diabétique de type 1 ne fait pas d’insuline, il doit se l’amener artificiellement, sous injections ou sous pompe.

Ce n’est pas la nourriture qui nous fait chier au quotidien, c’est les injections, les aiguilles, le fait de tout anticiper. C’est une corvée. Je vais me répéter, mais non, un diabétique ne doit pas absolument manger équilibré. Oui, on doit faire attention, plus que la norme c’est sûr mais si j’ai envie de manger 6 pots de Nutella par jour, j’ai le droit, tant que je me fais de l’insuline autant qu’il en faut. J’aurai juste du caramel à la place du sang, des artères bouchées et 10 kilos sur les hanches. Et ce serait mon problème. L’alimentation est importante pour tout le monde de la même façon. C’est important pour strictement tout le monde de manger équilibré : si ce n’est pas le cas, on peut avoir du diabète de type 2 (donc rien à voir, j’insiste), du cholestérol, de la tension, prise de poids, problèmes cardio vasculaires… Nous sommes diabétiques de type 1, nous ne sommes pas au régime. Si on mange des pâtes midi et soir, on va pas prendre plus de poids ni tomber dans les pommes, comme tout le monde. D’ailleurs, petite parenthèse (mais je pense que ce sera l’objet d’un autre article), si on ne mange que 100% de légumes c’est pas bon non plus. Il faut tenir la journée. Ne considérez pas les féculents comme des ennemis. C’est bon de manger ! En plus si vous avez pas de diabète, profitez-en, qu’est-ce que j’aimerais moi manger sans me faire d’injections ! Parce qu’il y a bien des fois où j’ai envie de goûter, mais j’ai pas envie de me piquer. Parce que même 12 ans après, ça fait mal parfois. La règle d’or du diabète, c’est le dosage de l’insuline en fonction de ce qu’on mange.

 Tu risques d’en mourir si tu es au stade le plus élevé non ?

Le diabète de type 1 n’a pas de stade, il faut juste le gérer. On a juste du diabète de type 1. La seule chose à différencier c’est le diabète de type 1 et le diabète de type 2. J’insiste vraiment parce que ce n’est pas du tout le même. Mon père a du diabète de type 2 à cause de l’alimentation qu’il a eu il y a quelques années et il le sait. Ce n’est pas du tout le même que le mien.

On en mourait avant, du diabète, c’est vrai, et on pouvait se faire amputer. Parce que ça ne se soignait pas, parce qu’on était pas au courant de ce que c’était vraiment. À première vue des bobos ne sont pas très graves, mais quand on a du diabète ça peut aller loin, c’est vrai. Parce qu’on ne peut pas “traîner”. Si on ne se soigne pas du tout, c’est vrai, on peut devenir aveugle, avoir des problèmes aux pieds, aux reins, aux dents, mettre longtemps à cicatriser. Mais j’insiste sur le fait que ce sont des cas carrément extrêmes aujourd’hui ! Il y a pas longtemps j’ai entendu une phrase de ce genre “ouais enfin si il ou elle meurt à 40 ans du diabète j’ai pas envie” oui bah merci mais non. On est en 2017, j’ai toujours été très bien soignée et on peut vivre aussi longtemps que les autres. D’ailleurs, on n’a pas envie de mourir, et on est comme tout le monde, notre corps ne fabrique juste pas d’insuline de lui-même !

Nos vies sont rythmées par l’insuline, les dextros, les hypoglycémies, les hyperglycémies, et même si c’est pas toujours facile, on s’en sort. On a pas besoin de donneurs de leçons qui pensent mieux gérer notre maladie que nous-même.

J’espère que cet article vous aura éclairé sur le diabète, mon super pote qui partage ma vie depuis 12 ans. J’espère que vous avez compris que je ne confonds pas les gens bienveillants et les donneurs de leçons. J’insiste aussi sur ce point là !

Allez, je termine sur une question qu’on me pose quand on ne m’a pas parlé depuis longtemps :

“Et sinon, t’as toujours du diabète?”

 

Lydie



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *